CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

vendredi 8 novembre 2013

La France tombe d'un cran pour Standard & Poor’s


L’agence de notation Standard & Poor’s a rétrogradé la note de la France de AA+ à AA sur le long terme. A court terme la note reste toujours selon S&P, A-1+. La notation financière d’un pays est une évaluation, par une agence de notation financière du risque de solvabilité financière d’une entreprise ou d’un Etat. Les 3 plus grandes agences de notations sont Standard & Poor’s, Moody’s et Fitch Ratings – ces deux dernières accordant aujourd’hui cependant encore la note AA+ à la France. Cette note constitue un critère clé pour l’évaluation du risque des investisseurs. En janvier 2012, Standard & Poor’s était déjà la première agence à retirer le triple A à la France.

S&P a expliqué sa décision dans un communiqué de presse : “la marge de manœuvre budgétaire de la France s’est réduite, alors (qu’il) la considér(ait) auparavant comme élevée au regard des pays comparables. Notamment, il nous semble que les pouvoirs publics disposent désormais d’une marge de manœuvre réduite pour augmenter les recettes”,et qu’ils n’avaient pas ”réduit de manière significative le risque que le taux de chômage reste au-dessus de 10% jusqu’en 2016″, ajoutant que “le niveau actuel du chômage amoindrit le soutien populaire en faveur de nouvelles réformes structurelles et sectorielles et affecte les perspectives de croissance à plus long terme”.

Les conséquences de cette rétrogradation devront encore être étudiées dans les prochains mois. La perte du triple A n’avait pas eu les effets cataclysmiques annoncées, et il faudra suivre les évolutions du marché et ses éventuels signes particuliers de fébrilité.

Cette dégradation intervient au moment où la Banque centrale européenne a abaissé son taux directeur à 0,25 %. Il est donc fort peu probable que la France soit soumis à des taux plus élevés. Néanmoins, il apparaît que la France continue à glisser et qu'à terme elle pourrait en subir les conséquences.
Enregistrer un commentaire