CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

mardi 15 janvier 2019

QUE FAIRE DE SON ÉPARGNE EN 2019 ?


vendredi 11 janvier 2019

Le mensuel du Cercle de l'Epargne N°57 - janvier 2019

 

SOMMAIRE DU MENSUEL DE L'ÉPARGNE ET DE LA RETRAITE


 MOIS DE JANVIER 2019

 

L'ÉDITO

    • Des portes s’ouvriront pour tous ceux qui trouveront les clefs, par Jean-Pierre Thomas, Président du Cercle de l’Épargne 

    LE COIN DE L'ÉPARGNE

    • De 2018 à 2019, l’épargnant dans tous ses États
    • PEA, une croissance poussive 

    LE COIN DE LA RETRAITE

    • Le régime des marins, un ancêtre aux multiples spécificités 

    LE COIN DES INDÉPENDANTS

    • Devient-on travailleur indépendant par vocation ?  

    LE COIN DE LA DÉMOGRAPHIE

    • France, fécondité, rupture ou retour à la normale ? 

    LES CHIFFRES DU CERCLE

    • Tableau de bord des produits d’épargne
    • Tableau de bord des marchés financiers
    • Tableau de bord du crédit et des taux d’intérêt
    • Tableau de bord retraite         

    Télécharger le PDF du Mensuel 

    vendredi 4 janvier 2019

    L'assurance vie tient le cap

    L’assurance vie confirme et signe sa bonne vitalité. Ainsi, au mois de novembre 2018, elle a enregistré une collecte nette positive d’un montant de 2,7 milliards d’euros. Il s’agit du onzième mois consécutif de collecte positive et le meilleur résultat de l’année en cours. Depuis janvier, la collecte nette a atteint 23,1 milliards d'euros contre 7,8 milliards d’euros sur la même période en 2017.
    Au mois de novembre, les cotisations ont été en léger repli en novembre, 11,8 milliards d’euros contre 13,1 milliards d’euros en octobre tout comme les prestations et les rachats (respectivement 9,2 et 10,5 milliards d’euros). Le mois de novembre sourit, en règle générale, à l’assurance-vie qui n’a connu que deux décollectes ce mois-là, en 2011 et en 2012. En 2018, l’assurance vie bénéficie de l’augmentation du taux d’épargne des ménages qui atteindrait 15,6 % (Au 4e trimestre) du revenu disponible brut et de la moindre attractivité du Plan d’Epargne Logement qui a cessé d’être un concurrent depuis la baisse de son rendement et sa fiscalisation. La baisse du nombre des transactions immobilières joue également un rôle positif dans la bonne tenue de la collecte. Les ménages puisent moins dans leur assurance vie pour financer leurs projets immobiliers et y affectent une partie de leurs liquidités. L’assurance vie n’est pas affectée par la remontée de l’inflation qui érode le rendement réel des fonds euros. Les évènements liés aux gilets jaunes ont pu dissuadé les épargnants d’aller dans les agences et les succursales pour réaliser des arbitrages au sein de leur patrimoine, ce qui peut expliquer la légère diminution de la collecte et des rachats.

    Au mois de novembre, la collecte des unités de compte a représenté 28,8 % de la collecte totale. Au cours des onze premiers mois de 2018, 36,6 milliards d’euros ont été collectés en unités de compte sur un total de 129,7 milliards d’euros, soit 28 %. Il y a dix ans, lors de la crise, seulement 10 % de la collecte étaient en unités de compte (novembre 2008). Il conviendra de suivre les résultats du mois de décembre pour apprécier l’effet de la chute du cours des actions. Lors des évènements passés similaires, en cas de chute prolongée des cours, avec un décalage de deux à trois mois, la souscription des unités de compte diminue.

    En 2018, la collecte nette pourrait atteindre 25 milliards d’euros, ce qui constituerait un très bon millésime pour l’assurance vie qui n’a pas connu un aussi bon résultat depuis 2010. En cas de mauvaise surprise en décembre, l’assurance vie fera alors aussi bien qu’en 2015.

    A compter du mois de janvier, la publication des rendements 2018 des fonds euros rythmera l’actualité de l’assurance vie. La légère baisse attendue (moyenne évaluée à 1,6/1,7 contre 1,8 % en 2017), ne devrait pas modifier la donne surtout si le marché de l’immobilier continue à s’assagir. Certes, la volatilité accrue des marchés financiers pourrait inciter certains épargnants à accroître un peu plus leur poche de liquidités.

    L’assurance avec un encours de 1 704 milliards d’euros à fin novembre 2018 reste de très loin le premier produit d’épargne des ménages français.

    lundi 10 décembre 2018

    Le Mensuel du Cercle de décembre 2018

    LE MENSUEL DU CERCLE 

    décembre 2018


    L’ÉDITO         

    • Face au duopole, combien de divisions pour l’Europe par  Jean-Pierre Thomas, Président du Cercle de l’Épargne 

    LE COIN DE L’ÉPARGNE   

    • Premier bilan, une année 2018 bien chafouine
    • Être propriétaire, un challenge de plus en plus difficile à réussir
    • Entre 2015 et 2018, les Français ont plébiscité l’assurance vie

    LE COIN DE LA RETRAITE          

    • Partir à la retraite, c’est un tout un travail !

    LE COIN DE LA PROTECTION SOCIALE

    • Les dépenses de protection sociale : 33,8 % du PIB
    • Dépendance : rendez-vous pris pour 2019

    LE COIN DE LA DÉMOGRAPHIE

    • Gains d’espérance de vie en Europe : stop ou encore
    • Espérance de vie en bonne santé : un autre marqueur des inégalités hommes/femmes ?

    LE DOSSIERS DU MOIS DE DÉCEMBRE         

    LA DÉPENDANCE AU-DELÀ DES FRONTIÈRES FRANÇAISES

    • La difficile mesure de la dépendance
    • Les différentes réponses à la dépendance

    LES CHIFFRES DU CERCLE DE L’ÉPARGNE   

    • Tableau de bord des produits d’épargne
    • Tableau de bord des marchés financiers
    • Tableau de bord du crédit et des taux d’intérêt
    • Tableau de bord retraite

    mardi 27 novembre 2018

    En octobre, l'assurance signe et confirme


    Au mois d’octobre, l’assurance vie a enregistré une collecte nette de 2,5 milliards d’euros, selon la Fédération Française d’Assurance contre 800 millions au mois de septembre. Cette collecte est supérieure à celle du mois d’octobre 2017 (1,8 milliard d’euros).

    Le résultat du mois d’octobre a été obtenu grâce à la bonne tenue de la collecte brute et par le montant mesuré des rachats. En effet, la collecte brute s’est élevée à 13,1 milliards d’euros contre 9,6 milliards d’euros au mois de septembre. Les rachats ont atteint 10,1 milliards d’euros contre 8,9 milliards d’euros le mois précédent. Depuis le début de l’année, les cotisations se sont élevées à 117,8 milliards d'euros contre 111,8 milliards d'euros sur la même période en 2017. Les prestations versées par les sociétés d'assurances depuis le début d’année s'élèvent à 97,4 milliards d'euros. Sur les dix premiers mois, la collecte nette a été de 20,4 milliards d’euros contre 8,2 milliards d’euros sur la même période de 2017.

    En octobre, 3,3 milliards d’euros ont été investis en unités de compte contre 2,5 milliards d’euros au mois de septembre. Elles ont représenté 25 % de la collecte brute quand la moyenne des 10 premiers mois de l’année est de 28 %. Le caractère plus volatil des marchés dissuade les épargnants à s’engager plus sur la voie d’une diversification en unités de compte

    L’encours des contrats d’assurance-vie s’élève à 1 701 milliards d’euros à la fin du mois de d’octobre, en progression un an de 1 %.

    Le mois d’octobre est, en règle générale, assez porteur pour l’assurance vie. En effet, lors de ces dix dernières années, la collecte n’a été, pour ce mois-là, qu’à deux reprises, négative. Ce bon résultat tranche avec celui du Livret A (décollecte de 2,06 milliards d’euros en octobre). En octobre, les ménages ont opté pour des placements longs. L’assurance vie bénéficie du désintérêt des ménages pour le Plan d’Épargne Logement dont la collecte est faible depuis 10 mois. Elle profite également du moindre engouement pour l’immobilier, en particulier pour le neuf. De juin à septembre, 27 400 logements neufs ont été réservés, soit -8,9 % par rapport au troisième trimestre 2017.

    Dans les prochains mois, l’assurance vie devrait maintenir le cap même si novembre et décembre lui sont moins favorables, notamment en raison des dépenses de fin d’année. Néanmoins, une collecte nette de 22 milliards d’euros est envisageable pour 2018, ce qui constituerait le meilleur résultat enregistré depuis 2015. L’assurance vie conforte ainsi sa place de numéro 1 de l’épargne française.


    mercredi 21 novembre 2018

    le Livret A n'aime pas l'automne


    Pour le deuxième mois consécutif, le Livret A enregistre, en octobre, une décollecte de 2,06 milliards d’euros. Le LDDs a également connu une décollecte de 460 millions d’euros. L’encours du Livret A revient donc de 282,6 milliards d’euros à 280,6 milliards d’euros. Depuis le début de l’année, la collecte s’élève, selon la Caisse des Dépôts et Consignations à milliards d’euros 8,87 milliards d’euros contre 10,47 milliards d’euros sur la même période l’année dernière.

    Il faut remonter au mois d’octobre 2015 pour avoir une décollecte aussi forte. Le mois d’octobre est traditionnellement mauvais pour le Livret A. Sur dix ans, le Livret A a connu six décollectes. L’année dernière, en 2017, en octobre, elle avait été de 1,58 milliard d’euros. Le paiement des impôts locaux et les dépenses de rentrées scolaires pèsent sur le budget des ménages. L’augmentation du salaire net générée par la suppression des cotisations chômage n’est intervenue qu’à la fin du mois d’octobre et n’a donc pas eu d’effet sur la collecte du Livret A.

    Au cours du premier semestre, les ménages avaient maintenu un effort d’épargne pour faire face à des dépenses à venir amenées à augmenter du fait de la hausse des prix, notamment sur les carburants. Depuis la fin des vacances, ils puisent dans les réserves. Le contexte anxiogène les conduit également à maintenir une forte poche de liquidités sur les comptes courants. Le débat sur le pouvoir d’achat, sur l’augmentation des prélèvements a certainement joué en défaveur de la collecte. Par ailleurs, le rendement réel négatif du Livret A, plus d’un point, a peut-être commencé à dissuader les épargnants d’y placer une partie de leurs disponibilités financières. La décrue de l’inflation devrait, dans les prochains mois, améliorer légèrement le rendement réel du placement qui demeurera néanmoins négatif. Pour mémoire, le taux du Livret A est gelé au moins jusqu’au 1er février 2020 à 0,75 %.

    La tendance actuelle devrait se poursuivre jusqu’à la fin 2018. À partir de décembre mais surtout en janvier, la collecte devrait redevenir positive en raison des versements des primes de fin d’année. Pour l’ensemble de l’année 2018, la collecte devrait se situer autour de 8 milliards d’euros, soit un peu moins qu’en 2017. Cela resterait néanmoins un bon cru pour le produit d’épargne le plus diffusé en France.

    samedi 10 novembre 2018

    Le Mensuel N°55 du Cercle de l'Epargne - novembre 2018

    SOMMAIRE

    L'ÉDITO
    • Nous nous compliquons bien la vie, par Jean-Pierre Thomas, Président du Cercle de l’Épargne
    LE COIN DE L'ÉPARGNE
    • L’irrésistible progression des dépôts à vue s’achève-t-elle ?
    • L’épargne réglementée, de nombreux produits mais pas toujours le même destin
    • Les livrets bancaires fiscalisés, un récent retour en grâce
    • L’épargne salariale, une niche à fort potentiel
    • Les produits d’épargne-retraite individuelle et les affres du vieillissement
    • L’assurance vie maintient le cap
    • Le PEA et le PEA PME
    LE COIN DE LA RETRAITE

    • Espérance de vie en bonne santé : avantage aux femmes
    • Cotisations retraite : histoire d’une croissance difficile à freiner
    LE COIN PRATIQUE
    • Les prêts entre particuliers doivent être enregistrés
    LE DOSSIER DU MOIS DE NOVEMBRE
    • Le cinquantenaire du PEL
    LES CHIFFRES DU CERCLE
    • Tableau de bord des produits d’épargne
    • Tableau de bord des marchés financiers
    • Tableau de bord du crédit et des taux d’intérêt
    • Tableau de bord retraite

    mercredi 24 octobre 2018

    L'assurance vie en retrait mais toujours vaillante


    La collecte nette de l’assurance vie, avec + 900 millions d’euros, est, selon la Fédération Française de l’Assurance, restée positive, elle est néanmoins en net retrait par rapport à celle du mois d’août 2018 (2,4 milliards d’euros). Elle est, en revanche, en phase avec le résultat moyen de ces dix dernières années (925 millions d’euros). Elle est nettement supérieure à celle du mois de septembre de l’année dernière (500 millions d’euros). Lors de ces dix dernières années, la collecte n’a été qu’à trois reprises négative au mois de septembre. La collecte nette s'établit à 18 milliards d'euros depuis le début de l’année contre 6,2 milliards d’euros sur la même période l’année dernière.

    Au mois de septembre, la baisse de la collecte nette s’explique par la diminution des cotisations qui sont passées de 10,6 à 9,6 milliards d’euros. Les ménages ont réduit leur effort d’épargne. Ce relâchement a été également constaté pour le Livret A. Les dépenses de rentrées, les derniers tiers de l’impôt sur le revenu et la perte de pouvoir d’achat occasionnée par la hausse des prix ont réduit les capacités d’épargne des ménages. Au cours des neuf premiers mois de 2018, le montant des cotisations collectées a dépassé les 100 milliards d’euros (104,7 milliards d'euros) soit près de 5 milliards d’euros de plus que sur la même période de 2017 (99,6 milliards d'euros)

    2,5 milliards d’euros ont été placés en unités de compte contre 2,7 milliards d’euros. C’est le plus mauvais résultat des unités de compte depuis le début de l’année. Elles ont représenté 26 % de la collecte le mois derniers quand la moyenne des neuf premiers mois est de 29 %. Le caractère plus volatil des marchés peut dissuader les épargnants à s’engager sur la voie d’une diversification en unités de compte.

    Les prestations et les rachats sont restés stable à 8,8 milliards d’euros contre 8,2 au mois d’août. Ils sont inférieurs à la moyenne des huit premiers mois de l’année (9,7 milliards d’euros). Les prestations versées par les sociétés d'assurances sur les neuf premiers mois de l’année s'élèvent à 86,8 milliards d'euros contre 92,4 milliards d’euros sur la même période en 2017.

    L’encours des contrats d’assurance-vie s’élève à 1 711 milliards d’euros à la fin du mois de septembre, en progression de 2% sur un an.

    L’assurance conforte donc sa place de premier placement des ménages français. Depuis le début de l’année, il profite de la perte d’attractivité du Plan d’Epargne Logement. La diminution du nombre de transactions immobilières conduit également les ménages à réduire les sorties d’assurance vie.

    Les ménages semblent avoir bien digérer l’assujettissement, partiel, de l’assurance vie au Prélèvement Forfaitaire Unique. De même, la baisse du rendement des fonds euros n’occasionne pas une remise en cause de l’assurance vie.

    Dans les prochains mois, l’assurance vie devrait maintenir le cap avec une collecte moins forte qu’en début d’année mais qui resterait positive. Dans ces conditions, une collecte nette de plus de 20 milliards d’euros est envisageable, ce qui constituerait le meilleur résultat enregistré depuis 2015.

    mardi 23 octobre 2018

    Que faire avec son épargne d'ici la fin d'année ?


    Le Livret A n'aime pas le mois de septembre

    Le mois de septembre marque une rupture pour le Livret A avec une décollecte de 410 millions d’euros, la première depuis le mois de décembre 2017. Le mois de septembre est en règle générale peu porteur pour le Livret A. déjà, en 2017, une décollecte avait été constatée (-120 millions d’euros). A la rentrée, les ménages sont contraints de puiser dans leur épargne de précaution pour faire face aux dépenses de rentrées et pour s’acquitter des impôts notamment du dernier tiers de l’impôt sur le revenu. Ainsi, sur ces dix dernières années, 4 décollectes ont été enregistrées

    Si dans un premier temps, le retour de l’inflation avait conduit à une hausse de la collecte, il semble aujourd’hui avoir un effet inverse. Les ménages sont face à la contraction de leur pouvoir d’achat obligé de puiser dans leur épargne de précaution.  L’augmentation du prix des carburants et les augmentations de certaines taxes pèsent sur leur capacité d’épargne à court terme. Le rendement réel négatif du Livret A peut également avoir inciter les ménages à  relâcher leur effort. Il faut remonter à 1983 pour avoir un rendement négatif d’un point.

    Ce mouvement de décollecte est en phase avec la prévision de l’INSEE qui table sur une baisse du taux d’épargne. Malgré tout sur les neuf premiers mois de l’année, la collecte du Livret A reste très nettement positive, + 10,93 milliards d’euros, légèrement inférieur à son montant sur la même période en 2017, + 12,05 milliards d’euros.

    L’encours s’inscrit dans ces conditions en légère baisse à 282,6 milliards d’euros. Il demeure néanmoins à un niveau très élevé.

    Pour les prochains mois, la collecte nette du Livret A devrait rester voisine de zéro. Les fêtes de fin d'année et les impôts locaux devraient peser sur les capacités d'épargne des ménages. Une amplification du mouvement de correction en cours sur les marchés financiers  pourrait évidemment créer un report sur le Livret A comme cela avait été constaté lors des précédentes crises surtout quand elles s'accompagnent d'un ralentissement de la croissance. Les prochains jours permettront d'y voir plus clair avec la publication des résultats de la croissance du 3e trimestre.



    * : prévisions

    mardi 9 octobre 2018

    Le Mensuel du Cercle de l'Epargne - Octobre 2018

    SOMMAIRE

    L’ÉDITO     

    • Excès d’épargne ou excès d’endettement, par Jean-Pierre Thomas, Président du Cercle de l’Épargne

    LE COIN DE L’ÉPARGNE

    • Les Français en mode « épargnant »
    • L’héritage, un sujet éternel de passions

    LE COIN DE LA SANTÉ 

    • La Sécurité Sociale face au défi des Affections de Longue Durée
    • Le plan « Santé 2022 » révolution, mutation ou évolution ?

    LES DOSSIERS DU MOIS D’ OCTOBRE     

    RÉFORME DES RETRAITES 2019 : LE DÉFI DE LA RETRAITE DES FONCTIONNAIRES

    • Les agents publics et leur retraite, un enjeu à 75 milliards d’euros
    • Une convergence des régimes publics vers les régimes de droit commun
    • Retraite publique, retraite privée, on refait le match ?
    • Pyramide des âges de la population de la CNRACL au 31 décembre 2017
    • Les régimes de la fonction publique face au défi du régime universel
    • Des retraités plutôt favorables à la réforme
    • Annexes

    L’ÉPARGNE SALARIALE, UN SENIOR TOUJOURS FRINGANT

    • L’architecture rapide de l’épargne salariale
    • 9 millions de salariés couverts
    • L’épargne salariale, un encours à 132 milliards d’euros
    • Les cadres et les salariés des grandes entreprises, les premiers bénéficiaires de l’épargne salariale
    • L’épargne salariale ou la surreprésentation de quelques secteurs d’activité
    • L’épargne salariale absente d’un très grand nombre de PME
    • Projet de loi relatif à la croissance et la transformation des entreprises et l’Épargne salariale

    LES CHIFFRES DU CERCLE DE L’ÉPARGNE 

    • Tableau de bord des produits d’épargne
    • Tableau de bord des marchés financiers
    • Tableau de bord du crédit et des taux d’intérêt
    • Tableau de bord retraite

    vendredi 21 septembre 2018

    Le Livret A en pleine forme estivale

    Les Français, depuis le début du 2e trimestre, sont en mode « épargnant ». Le taux d’épargne a en effet gagné 0,5 point de mars à juin en passant de 13,7 à 14,2 % du revenu disponible brut. Le Livret A comme l’assurance vie sont les grands gagnants de cette préférence pour l’épargne. Les ménages privilégient depuis plusieurs mois ces deux placements financiers. Les gains de pouvoir d’achat, +0,7 % au cours du deuxième trimestre, ont été ainsi affectés à l’épargne et non à la consommation qui a reculé de 0,1 % au cours de cette même période.
    Le mois d’août, pour le Livret A, confirme et accentue cette tendance avec une collecte nette de 1,35 milliard d’euros faisant suite à celle de juillet qui s’était élevée à 880 millions d’euros. Sur les huit premiers mois de l’année, la collecte atteint désormais 11,34 milliards d’euros contre 10,58 milliards d’euros sur la même période en 2017.Le mois d’août est traditionnellement un bon mois pour le Livret A. Lors de ces dix dernières années, seules deux décollectes ont été enregistrées, en 2014 et 2015. Les ménages épargnent en août en vue des dépenses de rentrées et des échéances fiscales (dernier tiers provisionnel et impôts locaux). La très bonne collecte du Livret A, depuis le début d’année, n’est donc pas affectée par la hausse des prix. Le rendement réel du Livret A est négatif de plus d’un point, ce qui n’était pas arrivé depuis de nombreuses années. Les ménages, par précaution, augmentent leur effort d’épargne, afin de faire face à des dépenses dont le montant est attendu à la hausse en raison de l’inflation anticipée. Il y a également la volonté implicite de maintenir constant la valeur de son patrimoine. Le Livret A continue également de bénéficier du désintérêt des ménages pour le Plan d’Épargne Logement.
    Les gains de pouvoir d’achat sont attendus à la hausse au cours des prochains mois avec le deuxième train de baisse des cotisations sociales prévu pour le 1er octobre. Si un petit rebond de la consommation est attendu au cours des 3e et 4e trimestres avec à la  clef une légère diminution de l’effort d’épargne, malgré tout, à la différence de l’année dernière, la collecte nette du Livret A devrait rester positive dans les prochains mois compte tenu de la résurgence de certaines inquiétudes économiques et sociales.

    jeudi 20 septembre 2018

    L'assurance vie ne faiblit pas


    L’assurance vie n’est pas partie en vacances

    L’assurance vie confirme sa bonne santé estivale avec une collecte nette, au mois d’août, de 2,4 milliards d’euros qui fait suite à celle, du mois de juillet, de 2,7 milliards d’euros. C’est le meilleur résultat enregistré en août depuis 2010.

    Depuis le début de l’année, la collecte nette s’établit désormais à 17,1 milliards d’euros 5,8 milliards d’euros sur la même période en 2017. Ce mouvement est porté par le versement des cotisations et des primes qui a atteint, sur les huit premiers mois de l’année, 95,2 milliards d’euros contre 89,8 milliards d’euros en 2017. Au mois d’aout dernier, les cotisations se sont élevé à 10,6 milliards d’euros en recul par rapport à juillet (12,4 milliards d’euros) mais elles sont supérieures à leur montant du mois d’août 2017 (9,7). Les rachats ont atteint, en août 2018, 8,2 milliards d’euros contre 9,7 milliards d’euros en juillet dernier et 8,7 milliards d’euros en août 2017. Sur les huit premiers mois de 2018, les rachats ont été donc de 78 milliards d’euros contre 83 milliards d’euros sur la même période en 2017. L’encours des contrats d’assurance-vie s’élève désormais à 1 708 milliards d’euros à fin août 2018, en progression de 3 % sur un an.

    Le mois d’août est en règle générale un bon mois pour l’assurance vie. Au cours des dix dernières années, seules deux décollectes ont été enregistrées, en 2011 et en 2012. Le mois d’août, marqué par les vacances, ne donne pas lieu à de nombreuses opérations patrimoniales, ce qui conduit à une traditionnelle baisse des rachats. Si la collecte brute enregistre également une décrue, celle-ci s’est avérée, cette année, assez faible conduisant à une belle collecte nette. Un petit tassement de la collecte des unités de compte est, en revanche, constaté. Elle ne représente que 25 % de la collecte contre une moyenne de 29 % depuis le début de l’année. Les résultats en dent de scie de la bourse peuvent expliquer ce léger recul. Par ailleurs, du fait des vacances, les cotisations du mois d’août sont dominés par les versements réguliers automatiques ; or ils sont orientés plus fortement vers les fonds en euros que vers les unités de compte.

    Depuis le début de l’année, l’assurance vie enregistre donc de bons résultats. L’inflation qui érode le rendement réel des fonds en euros ne nuit pas à la collecte. Les ménages, par effet d’encaisse, ont toujours tendance, au moment de la reprise de l’inflation à épargner davantage. Le changement du régime fiscal avec l’introduction du prélèvement forfaitaire unique n’a pas d’incidence Par ailleurs, comme en témoignent également les bons résultats du Livret A depuis le débit de l’année, les Français privilégient la sécurité et la liquidité. L’assurance vie demeure toujours une valeur sûre pour les épargnants. La diminution du nombre de transactions immobilières favorise également ce placement. La fin de l’année devrait rester porteur pour l’assurance vie compte tenu du maintien d’un certain nombre d’incertitudes économiques (inflation, guerre commerciale, ralentissement de la croissance, diverses réformes du gouvernement).


    lundi 10 septembre 2018

    Le Mensuel du Cercle de l'Epargne N°53 de septembre 2018

     

    AU SOMMAIRE DU MENSUEL DE L'ÉPARGNE ET DE LA RETRAITE
    DU MOIS DE SEPTEMBRE 2018

     

    L'ÉDITO

    • Inflation, faut-il avoir peur ? Par Jean-Pierre Thomas, Président du Cercle de l’Épargne

    LE COIN DE LA CONJONCTURE
    • L’épargnant, le retraité et l’inflation font-ils bon ménage ?

    LE COIN DE LA RETRAITE
    • Régimes de retraites complémentaires des salariés : ce qui change au 1er janvier 2019
    • Retraite : les points d’alerte du comité de suivi des retraites
    • Le régime universel au secours des fonctionnaires territoriaux ?


    LE COIN DE L'ÉPARGNE

    • Projet de loi PACTE, la révolution de l’épargne-retraite est-elle au rendez-vous ?

    LE DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE

    L’ÉPARGNANT FRANÇAIS, UN PRUDENT QUI CONNAÎT SES LIMITES ?   

    • Livret A : un regain d’intérêt conjoncturel ?
    • L’assurance vie, toujours premier placement financier
    • Le retour en grâce des actions
    • La réforme fiscale de l’épargne pas encore totalement intégrée

    LES CHIFFRES DU CERCLE DE L'ÉPARGNE
    • Tableau de bord des produits d’épargne
    • Tableau de bord des marchés financiers
    • Tableau de bord du crédit et des taux d’intérêt
    • Tableau de bord retraite

             

    Télécharger le PDF du Mensuel 

    mardi 28 août 2018

    BFM Business, épargne et inflation


    Philippe Crevel, directeur du Cercle de l'Epargne était l'invité le mardi 28 août de BFM Business, Intégrale Placements.

    BFM Business, épargne et inflation


    Philippe Crevel, directeur du Cercle de l'Epargne était l'invité le mardi 28 août de BFM Business, Intégrale Placements.

    mardi 21 août 2018

    Le Livret A toujours au sommet de sa forme

    Les Français, au cours du mois de juillet, n’ont pas relâché leurs efforts en matière d’épargne de précaution. La collecte nette du Livret A a atteint 880 millions d’euros contre 280 millions d’euros au mois de juin dernier. Avec le Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS), la collecte est de 1,1 milliard d’euros.

    Sur les sept premiers mois de l’année, la collecte du Livret A flirte avec les 10 milliards d’euros (9,99 milliards d’euros). Ce résultat est proche de celui de l’année dernière (10,58 milliards d’euros). Avec le LDDS, la collecte nette a été de 11,88 milliards d’euros depuis le mois de janvier 2018 contre 12,64 milliards d’euros sur la même période en 2017.

    Sur ces dix dernières années, la collecte du Livret A a été négative au cours du mois de juillet qu’à trois reprises, 2009, 2014 et 2015. La collecte moyenne de ces dix dernières années à été de 550 millions d’euros. 2018 est donc plutôt un bon cru pour le Livret A.

    L’encours du Livret A s’élève à fin juillet à 281,7 milliards d’euros, ce qui constitue un nouveau record historique. Avec le LDDS, l’encours a atteint, toujours fin juillet, 387,8 milliards d’euros contre 373,5 milliards d’euros fin juillet 2017.

    Le rendement réel négatif d’au moins un point ne dissuade pas les ménages de placer une partie de leurs liquidités sur leur Livret A. Face aux futurs dépenses incontournables de la rentrée - rentrées scolaires, impôts locaux, dernier tiers provisionnel (17 septembre) - les Français ont, cette année, décidé de garnir leur Livret A. Par ailleurs, la légère résurgence de l’inflation les y incite également. En effet, craignant une érosion de leur pouvoir d’achat dans les mois à venir, ils préfèrent renforcer leur épargne de précaution. En période de hausse des prix, en vertu de la règle dit « d’effet d’encaisse », les ménages, pour maintenir constant leur patrimoine, ont tendance à épargner davantage. La baisse du niveau de confiance dans la situation économique conduit également au bon maintien du niveau de collecte du Livret A.

    Dans les prochains mois, une légère érosion de la collecte est attendue en raison du cycle des dépenses de consommation et des impôts. Malgré tout, la multiplication des incertitudes économiques et sociales incitera les ménages à maintenir un taux d’épargne assez élevé, ce qui devrait peser négativement sur la croissance.

    lundi 6 août 2018

    Le Mensuel de l'Epargne et de la retraite N°52 du mois d'août 2018

    AU SOMMAIRE DU MENSUEL DE L'ÉPARGNE ET DE LA RETRAITE
    DU MOIS D'AOÛT 2018


    L'ÉDITO

    • La retraite est une affaire sérieuse, par Jean-Pierre Thomas, Président du Cercle de l’Épargne

    LE COIN DE L'ÉPARGNE
    • Le Livret A en roue libre
    • Un semestre en or pour l’assurance vie
    • Rebond du nombre de PEA ouverts en France
    • Plan d’épargne logement, changement de cap ?
    • Les dépôts à vue, toujours grands favoris !
     


    LE COIN DE LA DÉMOGRAPHIE

    • La belle victoire sur la mortalité infantile marque le pas


    LES DOSSIERS DU MOIS D'AOÛT

    DU PACTE À LA RÉFORME DES RETRAITES CRAINTES, BESOINS ET ATTENTES DES FRANÇAIS EN MATIÈRE D’ÉPARGNE
    • Placements : les actions, faute de mieux ?
    • Placements financiers : les choix fiscaux du Gouvernement contestés ?
    • L’effort régulier d’épargne-retraite confirme sa tendance à la baisse
    • Épargne-retraite : les atouts des produits dédiés encore méconnus du grand public
    • Pour promouvoir l’épargne-retraite, développons l’épargne individuelle ?
    • Après l’épargne pour compléter sa retraite, l’épargne pour financer sa possible dépendance ? 

    LES CHIFFRES DU CERCLE DE L’ÉPARGNE

    • Tableau de bord des produits d’épargne
    • Tableau de bord des marchés financiers
    • Tableau de bord du crédit et des taux d’intérêt
    • Tableau de bord retraite          

    Télécharger le PDF du Mensuel 

    lundi 23 juillet 2018

    Le Livret A en prévacances en juin



    Pour l’ensemble du 1er semestre, les Français ont plébiscité  le Livret A malgré son rendement réel devenu négatif du fait de la hausse des prix. En effet, sur les six premiers mois de l’année, la collecte a atteint 9,11 milliards d’euros contre 9,42 milliards d’euros sur la même période de l’année 2017.

    En revanche, au mois de juin, le Livret A n’a enregistré qu’une petite collecte à hauteur de 280 millions d’euros. Elle s’inscrit dans le mouvement entamé au mois de mai. Si au mois de mai les impôts pouvaient expliquer la décrue de la collecte, en ce qui concerne le mois de juin c’est avant tout la préparation des vacances qui en constitue la cause. Traditionnellement juin est un mauvais mois pour le Livret A. Lors de ces dix dernières années, une décollecte a été enregistrée à quatre reprises (2009, 2010, 2014, 2015).

    La baisse de la collecte sur ces deux derniers mois fait suite à un début d’année très favorable au Livret A. Dans un premier temps, face à la montée des incertitudes économiques (ralentissement économique, guerre commerciale avec les États-Unis) et à l’augmentation des prix, les ménages ont renforcé leur effort d’épargne en faveur du Livret A. Quand l’inflation est en hausse, les Français ont tendance à mettre plus d’argent de côté afin de maintenir, en valeur réelle, leur épargne (par effet d’encaisse) et pour faire face, à court et moyen terme, à des dépenses appelées à augmenter. Par ailleurs quand les prélèvements obligatoires augmentent, ce qui était le cas au 1er semestre, et contrairement aux idées reçues, les contribuables, de peur que ce mouvement se poursuive, préfèrent alors augmenter leur épargne. Ce n’est que dans un second temps du fait de l’érosion de leur pouvoir d’achat qu’ils sont contraints de limiter leur effort d’épargne. C’est ce que nous constatons depuis deux mois.

    Le second semestre ressemblera sans nul doute à celui de l’année dernière. La collecte devrait rester faible voire devenir négative selon les mois. Dans les six prochains mois, les ménages devront notamment faire face aux dépenses de rentrée scolaire et au paiement des impôts (dernier tiers provisionnel et impôts locaux). Malgré tout, à partir du mois d’octobre, les Français devraient bénéficier d’un surcroît de pouvoir d’achat avec le second volet de baisse des cotisations sociales ce qui pourrait conduire à une amélioration de la collecte au dernier trimestre malgré les dépenses de Noël.


    lundi 9 juillet 2018

    Le Mensuel de l'Epargne et de la Retraite M51

    L’ÉDITO 
    •  Que faire des réserves des régimes complémentaires ? par Jean-Pierre Thomas, Président du Cercle de l’Épargne
    LE COIN DE LA RETRAITE     
    • Retraite, état des lieux avant déménagement
    • Retraite :  qu’en sera-t-il demain ?          
    • L’âge de départ à la retraite repoussé en Russie ! 
    LE  COIN DE L’ÉPARGNE               
    • Patrimoine financier, les Français toujours très conservateurs
    • L’épargne réglementée maintient le cap malgré la baisse des taux
    • Le Plan d’Épargne Logement abandonne sa place  de champion pour la collecte
    • L’assurance vie plie mais résiste
    • La détention directe et indirecte d’actifs investis  en fonds propres
    • La prise de risques, un combat sans fin     
    LES DOSSIERS DU MOIS DE JUILLET  
    1. La réversion, réforme ou pas réforme un enjeu de société 

    • 4,4 millions de bénéficiaires de droits dérivés
    • La réversion en France, règles en vigueur
    • Le poids relatif de la réversion est amené à diminuer
    • La réversion chez nos partenaires
    • Quel avenir pour la réversion en France ?
    • Les pistes envisageables pour le Gouvernement
    2. La retraite et l’épargne des indépendants passées au crible
    • Retraite : plus d’un travailleur non salarié sur deux  est très inquiet pour sa retraite      
    • Épargne des indépendants : diversité et sécurité     
    LES CHIFFRES DU CERCLE DE L’ÉPARGNE        
    • Tableau de bord des produits d’épargne
    • Tableau de bord des marchés financiers
    • Tableau de bord du crédit et des taux d’intérêt
    • Tableau de bord retraite