CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

mardi 20 novembre 2012

La lettre Interactifs de Generali Investments Europe


Generali Invetsments Europe vient de publier sa lettre mensuelle Interactifs.

Les marchés financiers ont connu un mois d'octobre en demi-teinte. Les actifs risqués, après avoir progressé, ont cédé du terrain vers la fin du mois. Dans un premier temps, les cours ont été soutenus par les effets positifs des dernières initiatives monétaires de la BCE et de la Fed. Dans la seconde moitié du mois, la tendance s’est, en partie et progressivement, inversée, si bien que les actions américaines ont accusé une baisse sur le mois. En parallèle, les taux d’intérêt servis sur les obligations souveraines des grands pays (Etats-Unis et Allemagne notamment) sont globalement restés inchangés à des niveaux historiquement bas. Cette période de baisse des marchés est attribuable notamment à l'Espagne qui n'a, jusqu'à maintenant, toujours pas clairement indiqué son intention de demander une aide auprès du MES. Dans ce contexte, le rendement de la dette souveraine espagnole à 10 ans a retrouvé le chemin de la hausse, passant d'un point bas de 5,36% le 19 octobre à un peu moins de 5,7% fin octobre. Par ailleurs, les marchés ont été affectés par la période des annonces de résultats durant laquelle les entreprises ont fait preuve d’une extrême prudence dans leurs prévisions de bénéfices. Du côté des indicateurs, l’économie mondiale enregistre ses premiers signes de reprise. La nouvelle orientation de la politique monétaire de la BCE a permis de réduire les risques systémiques entourant l'Euro. Ceci devrait contribuer à l'amélioration de la confiance des entreprises au niveau mondial.Aux Etats-Unis, des statistiques relativement solides (consommation, marché immobilier résidentiel) ont pu être observées ces dernières semaines. De plus, les inquiétudes qui demeurent sur le « fiscal cliff » (fin des exemptions d’impôts et baisse des dépenses) ne devraient pas perdurer. En Chine, les indicateurs clés ont commencé à indiquer une modeste reprise de la croissance (PMI, production industrielle, bénéfices des entreprises, etc.). Cependant, la question de la transition politique se pose. Le nouveau gouvernement devra faire face à de nouveaux défis dont le vieillissement de la population et l’émergence d’une classe moyenne éduquée qui fait naitre de nouvelles pressions sur le pouvoir exécutif (santé, système de retraite, …). Ces éléments seraient susceptibles de redonner de l’espoir face aux nouvelles toujours peu réjouissantes en provenance des économies de la zone euro où les prévisions de croissance ont été revues à la baisse. Selon les récents propos de Maria Draghi, qui a opté pour un statuquo de la politique monétaire, les derniers indicateurs montrent que les conséquences de la crise ont désormais atteint l’économie allemande.

lire la lettre actifs
Enregistrer un commentaire