CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

mardi 20 novembre 2012

La France perd un nouveau triple A

Après Standard & Poor's, c'est au tour de Moodys de déclasser la France qui passe de Triple A à AA1 avec perspectives négatives. Cette dégradation intervient du fait du ralentissement économique en cours qui rend impossible le respect de l'objectif de 3 % de PIB de déficit public. Cette perte du triple A n'est pas une surprise au regard des fondamentaux de l'économie française qui est en panne de compétitivité et dont la balance commercial demeure très déficitaire. Quels sont les conséquences de cette mauvaise nouvelle ? L'effet immédiat est un recul de la bourse parisienne et des titres bancaires. Sur le marché de la dette, les taux ne devraient pas augmenter fortement. La France continue d'être un bon risque ou plutôt d'être un bon risque par défaut. En Europe, le nombre de pays solvables et ayant une certaine profondeur dettes sont rares. Néanmoins, 2013 ne sera pas sans danger pour la France qui sera le premier émetteur de titres publics. Avec une économie anémiée et une dette publique de plus de 90 % du PIB, la France commence à naviguer en zone dangereuse. le retour de la croissance devient un impératif pour éviter une augmentation des spreads. La France comme les autres pays européens sont un peu moins sur le gril du fait de la renationalisation des dettes publiques. Si avant crise, près des deux tiers de la dette publique était possédées par des non-résidents, ce taux est tombé à environ 50 %. ce sont les banques françaises qui achètent des titres français avec comme voie de conséquence une fragilisation de l'ensemble de la sphère financière nationale. A terme, cela pourrait réduire la capacité de financement des banques pour les entreprises tout comme pour les particuliers ou du moins la nécessité de rechercher des clients sans risque.
Enregistrer un commentaire