CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

jeudi 13 décembre 2012

La lettre Interactifs de Generali Investments Europe

En novembre, les évènements politiques ont, de nouveau, dicté la tendance des marchés financiers. C'est d'autant plus vrai qu’ils avaient hâte de voir, à l’issue de l'élection présidentielle américaine, l’impact du vote sur les discussions au sujet du « fiscal cliff » (falaise budgétaire). Par ailleurs, le rapport d'évaluation tant attendu sur l'état d'avancement des réformes en Grèce ainsi que la dégradation de la dette de l'État français par Moody's ont constitué des obstacles à la hausse des marchés. Dans ce contexte, la plupart des classes d’actifs ont fait du surplace sur le mois mais cette stagnation masque toutefois une volatilité qui est restée élevée. Les efforts visant à trouver un terrain d'entente au sujet de la « falaise budgétaire » outre-Atlantique constitueront le principal déterminant de l'évolution des marchés pour les semaines à venir. À la lumière des résultats des élections aux Etats-Unis, un compromis est rapidement envisageable ; Non seulement le Président Barack Obama a été réélu, mais le parti démocrate a également gagné des sièges aux deux chambres du Congrès. De plus, les membres du Congrès dont les sièges seront renouvelés dans deux ans devraient adopter une approche plus consensuelle. Un compromis est à prévoir compte tenu de l'ampleur du tour de vis budgétaire qui interviendrait en cas d’échec des discussions. En effet, si toutes les hausses d'impôt et coupes dans les dépenses publiques actuellement prévues par la loi devaient entrer en vigueur au début de l'année 2013, l'impact négatif sur le budget pourrait se monter jusqu'à 5% du PIB, ce qui ne manquerait pas de faire plonger l'économie américaine dans la récession. A court terme, le chemin en vue d'un accord budgétaire devrait toutefois rester houleux dans la mesure où il est peu probable que la pratique de la politique de la corde raide disparaisse. Le risque est plutôt qu'une solution intervienne une nouvelle fois seulement en toute fin d'année. Une fois que des signes convaincants d'un accord feront leur apparition, les actifs risqués devraient s'apprécier, soutenus par le nouveau programme d'achat d'emprunts d'État que lancera la Fed à la mi-décembre et qui permettra d'accroître la liquidité sur les marchés. En outre, les statistiques macroéconomiques sont plus encourageantes au niveau mondial. Même en zone euro, des signes font apparaître une légère amélioration du secteur manufacturier en difficulté. En résumé, il parait probable que les investisseurs montrent un regain d'appétit pour le risque au cours des deux prochains mois.

Consulter la lettre Intercatifs
Enregistrer un commentaire