CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

vendredi 21 décembre 2012

Assurance-vie : un novembre sans relief


L'assurance-vie a renoué avec la décollecte au mois de novembre avec -241 millions d'euros contre 1,7 milliard d'euros en octobre.

Le montant des cotisation est en recul passant de 10,835 à 8,664 milliards d'euros. Néanmoins, les cotisations restent supérieures à celles du mois de novembre 2011 (8,364 milliards d'euros). Ces cotisations se répartissent de la manière suivante, 7,6 milliards d'euros au titre du fonds euros et 1,014 milliards d'euros au titre des UC soit 11,7 %.

Les prestations ont légèrement baissé et sont passées de 9,087 à 8,905 milliards d'euros. Il convient de souligner que depuis près de deux ans, le montant des prestations tourne en moyenne autour de 9 milliards d'euros.

L'encours a atteint 1 385 milliards d'euros contre 1 379 au mois d'octobre. les supports représentent 215 milliards d'euros soit 17,7 % des provisions mathématiques.

Traditionnellement, le mois de novembre est un petit mois. Il se positionne avant les arbitrages de décembre et avant les fêtes. De ce fait, ce résultat en demi-teinte n'est pas surprenant au regard de l'ensemble de l'année.

Depuis le 1er janvier, la collecte nette est donc négative de 3,6 milliards d’euros et de 9,9 milliards d’euros sur un an.

Le mois de novembre se caractérise donc par un bon maintien des cotisations dans un contexte qui reste économiquement difficile. Les Français conservent une forte propension à épargner. L'assurance-vie doit faire face aux incertitudes fiscales. La rédaction du rapport Berger/Lefebvre et l'éventuelle discussion d'un projet de loi sur l'épargne ou le financement de l'économie devraient conduire au maintien de ce climat attentiste. Le niveau classique des prestations prouve l'absence de climat de défiance à l'encontre de l'assurance-vie et simplement la preuve que le produit es réellement devenu mature.
Enregistrer un commentaire