CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

mercredi 18 avril 2012

Le FMI revoit la croissance en hausse mais appelle à la recapitalisation des banques euroépéennes


Le FMI a publié une série de rapports dont celui sur la conjoncture mondiale. L'institution gouvernementale prévoit que la croissance de l'économie mondiale devrait passer de 4 à 3,5 % de 2011 à 1012. ce ralentissement est imputable à la faiblesse de la croissance des pays de la zone euro. La croissance attendue pour les pays  dits avancés serait de 1,5 % en 2012 et de 2 % en é013. La zone euro n'échapperait pas à une récession du fait des problèmes de l'Espagne et de l'Italie.

Dans les pays émergents, la croissance devrait s'établir à 5,75 % en 2012 contre 6,25 % en 2011 avent de passer à 6 % en 2013.

le taux de croissance de la France a été revue à la hausse à 0,5 % contre 0,3 % dans les premières projections.  de janvier. Le recul du PIB de la zone euro est fixé à 0,3 point de PIB en 2012.  le PIB augmenterait de 0,9 point en 2013. Pour les Etats-Unis, le taux de croissance serait de 2,1 % en 2012 et 2,4 % en 2013 avec un doute sur cette prévision du fait de la nécessité pour le prochain Président de mettre en oeuvre un plan d'assainissement.

L'Allemagne connaîtrait une croissance de 0,6 et de 1,5 % en 2012 et 2013. La Chine enregistrait une croissance de 8,2 et 8,8 %.

  Le FMI souligne par ailleurs que  les établissements européens devront réduire de 2000 milliards d'euros leur endettement d'ici à la fin 2013, ce qui reviendra à une réduction de près de 7% de leurs bilans. Le FMI précise que "l’impact sur l’offre de créditde la zone euro est estimé à environ 1,7 % de l’encours actuel. La compression du bilan de certaines banques est nécessaire car ni les marchés ni les instances de réglementation nepermettent d’entretenir un niveau élevé de levier financier et plusieurs activités ont cessé d’être viables. Cela étant, vu les conséquences que pourraient avoir des inversions de levier financier simultanées et de grande envergure, les instances de supervision doivent veiller à ceque les prix des actifs, l’offre de crédit et l’activité économique en Europe et ailleurs ne soient gravement touchées".

Lire le rapport du FMI
Enregistrer un commentaire