CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

jeudi 18 juillet 2013

Le taux du Livret A devrait être ramené à 1,25 %


Le Ministre de l'économie devrait annoncer ce matin le passage du taux du Livret A de 1,75 à 1,25 %. Il devrait suivre les recommandations de la Banque de France. Il devrait retrouver son plus bas historique atteint le 1 er août 2009.

Le Gouvernement avec cette baisse poursuit plusieurs objectifs :

Le premier est d’inciter les Français à consommer plus. La baisse s’inscrit dans le prolongement du déblocage de l’épargne salariale. Le Gouvernement espère une très légère reprise d’ici la fin de l’année et gagner ainsi le pari du retournement de la courbe du chômage.En 2012, la consommation s'est contractée de 1,7 % et le pouvoir d'achat a baissé de 0,9 %.

Le deuxième est d’améliorer les liquidités des banques. Le Livret A et le LDD avec une collecte nette de 55 milliards d’euros en 2012 et de 21 milliards d’euros sur les cinq premiers mois de l’année captent les trois quarts de l’épargne financière française. La raréfaction des ressources bancaires classiques réduit d’autant les capacités de prêts aux PME.

Le troisième est d’améliorer l’allocation de l’épargne qui est aujourd’hui investie sur du court terme au détriment du long terme. La collecte de l’assurance-vie a été négative en 2012 et progresse moins vite que le Livret A et le LDD, 8,1 milliards d’euros contre 21 milliards d’euros. Le Gouvernement entend favoriser l’épargne de long terme afin de faciliter le financement des entreprises.

Dernier objectif, réduire le coût du financement du logement social et des prêts de la BPI et améliorer le taux d’utilisation des ressources collectées. En effet, avec un taux à 1,75 % auquel il faut ajouter les coûts de collecte et de gestion, les taux des prêts proposés par la Caisse sont peu compétitifs par rapport à ceux du marché.
Enregistrer un commentaire