CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

dimanche 30 juin 2013

La semaine économique et financière vue par l’œil du Cercle

Le coin des épargnants

Le CAC 40 a progressé de 2,21 % cette semaine malgré un recul de 0,62 % vendredi. Le CAC 40 a terminé à 3738 points mettant fin à 5 semaines de repli. Les bonnes nouvelles américaines ont mis un terme à la psychose liée aux annonces de la FED d'une sortie progressive du quantitative easing. Néanmoins, du fait des résultats en baisse des bénéfices de certaines entreprises américaines, la tentation à la prudence l'emporte.
L'or continue sa chute et a atteint son plus bas niveau depuis août 2010 à 1180 dollars l'once. La fin du quantitative easing s'il inquiète en ce qui concerne les taux obligataires rassure les investisseurs pour l'inflation. De ce fait, la couverture "or" n'a plus lieu d'être.  
En France, le taux du Livret A de 1,75 % ne devrait pas survivre à l’été et devrait revenir à 1,5 %. Le taux de 1,25 % logique si les pouvoirs publics respectent la formule peut être jugé non-politiquement correct.

 L’Europe progresse à sa vitesse sur l’Union bancaire

 Le Conseil européen des 27 et 28 juin avait comme objectif de mettre en œuvre le projet d’union bancaire dessiné en 2012. Les Européens ont éprouvé quelques difficultés pour instituer les règles visant à éviter des déconvenues bancaires et la réédition de la situation chypriote. Les Allemands se sont opposés à l'instauration de règles automatiques quand les Français voulaient sacraliser les dépôts des clients des banques. 
Le texte finalisé qui devra  être approuvé d’ici au printemps 2014 en vue d’une application en 2018, vise à limiter le recours au contribuable en associant aux pertes les actionnaires, mais également les créanciers et les déposants autres que les particuliers et les PME. 

 Angela Merkel se met en campagne

 La présentation du projet CDU/CSU lance la campagne de la chancelière allemande.  CDU et la CSU, son pendant bavarois, ont dévoilé leur plateforme électorale commune, un document de 120 pages intitulé « Programme du gouvernement pour l’Allemagne 2013-2017 ». Au cours de la conférence de presse qui a suivi, la Chancelière a rappelé que les deux principaux défis que l’Allemagne devait relever dans les prochaines années étaient la mondialisation et le vieillissement de sa population. Dans à peine douze ans, la population active allemande sera inférieure de 6 millions à son niveau actuel (plus de 10% de baisse), a-t-elle rappelé. Fort de ce constat, le programme électoral s’articule autour de deux axes : la place de l’Allemagne en Europe d’une part et un plan de relance visant les classes moyennes d’autre part.

  Contrairement au SPD, la CDU / CSU reste opposée à un dispositif commun de garantie des dépôts bancaires ainsi qu’à l’émission d’eurobonds.

 Angela Merkel ne veut pas de  mutualisation des dettes européennes.
 La CDDU/CSU  se montre toujours aussi sévère à l’égard des pays qui ne respecteraient pas le pacte de stabilité et de croissance. Les Allemands considèrent que ces derniers doivent être sanctionnés. La Chancelière s’engage vis-à-vis de ses électeurs à dédier tout excédent budgétaire au remboursement de la dette publique allemande au cours de son prochain mandat. Cette gestion vertueuse des finances publiques constitue, selon elle, la condition nécessaire pour garantir le plein emploi et préserver un environnement favorable aux entreprises. L’investissement public dans les domaines qui préparent l’avenir l’éducation, comme la recherche et les infrastructures, sera prioritaire.
 Sur la Turquie, la coalition est toujours opposée à son entrée immédiate dans l’Union. Le pays est jugé trop grand et avec une structure économique trop différente de celle l’UE pour qu’une adhésion soit envisageable. En revanche, la CDU / CSU est favorable au principe de l’ouverture d’un nouveau chapitre des négociations entre l’UE et la Turquie mais seulement après la publication du rapport annuel de la Commission européenne sur l’harmonisation de la législation turque avec les règles et pratiques de l’Union, soit en octobre prochain.

 Afin de faciliter la réélection d’Angela Merkel, la majorité CDU / CSU est favorable à un mini plan de relance. Ce plan est évalué à plus de EUR 28 mds soit environ 1% du PIB. Ce plan prévoit une revalorisation de certaines prestations familiales, un plafonnement des loyers au moment du renouvellement du bail dans les villes où le marché immobilier est tendu, comme à Munich, Berlin ou Hambourg, l’introduction d’un salaire minimum de branche et d'une réforme du mode de calcul de l'impôt sur le revenu qui, progressivement, favoriserait les familles avec enfants. Par ailleurs
 L’état fédéral devrait dépenser EUR25mds supplémentaires dans le cadre d’un plan d’infrastructures routières et technologiques, étalé sur quatre ans.

 Il n’en demeure pas moins que l’objectif d’équilibre budgétaire en 2014 serait respecté, l’augmentation de la demande interne exerçant un effet positif sur les recettes fiscales. Dans le programme CDU/CSU, il n’est pas prévu de hausses d’impôt à la différence de celui du SPD. Actuellement les sondages donnent une large avance à Angela Merkel. La question est de savoir si l’allié FDP pourra se maintenir. Il n’est pas interdit de penser que durant la campagne les scores des deux grands partis se rapprocheront ; le SPD vise de plus en plus non pas le pouvoir mais une grande coalition.

 A en perdre son latin

 Les Français sont au fond du trou. Le moral est au plus bas et le chômage au plus haut même si mai a été moins sombre que prévu. Mais les Français consomment avec un rebond de 0,5 %. De ce fait, il n’est pas surprenant que mai ait été un petit mois de collecte pour les livrets A et de développement durable ainsi que pour l’assurance vie dont les collectes nettes respectives se sont élevées à 0,43 et 0,2 milliard d’euros.

 Les Français ou à cause du temps maussade entendent en revenir aux fondamentaux. Même les achats d’automobile connaissent un petit mieux. La préparation des vacances incitent à la réalisation d’un certain nombre d’achats. Les Français sont prêts à sacrifier certaines dépenses mais entendent maintenir leurs vacances même si elles sont plus courtes et moins lointaines.

 Le nouveau miracle japonais a-t-il vécu ?

L’abenomics aura-t-elle un feu de paille. La décision du Gouvernement japonais de multiplier par deux la base monétaire et de fixer un objectif de taux d’inflation à 2 % a un temps créé un climat positif avec une dépréciation du yen et une augmentation des exportations. Mais cette politique semble atteindre ses limites avec une dégradation de la compétitivité de l’économie japonaise. Les prix des biens importés augmentent et cela est d’autant plus sensible que le Japon est très dépendant des importations énergétiques. Les prix énergétiques ont progressé de 3,7 % en mai et les salaires sont stables ce qui conduit à une très faible augmentation des dépenses des ménages (0,1 %) avec à la clef un net ralentissement des créations d’emplois. Néanmoins, les prix hors matières premières et produits agricoles continuent de baisser. Les abondantes liquidités ont favorisé la montée de la bourse de Tokyo mais aussi des sorties de capitaux japonais à la recherche de placements moins spéculatifs et mieux protégé d’une éventuelle érosion monétaire. Le Japon contribue à la volatilité des marchés financiers mondiaux.

 A suivre…

 Lundi, aux Etats-Unis, il faudra suivre l’ISM manufacturier du mois de juin. Il devrait être en hausse.

 Au Japon, il faudra également regarder l’enquête Tankan du mois de juin sur le climat conjoncturel . Il devrait être en hausse.

 Au Royaume-Uni, le PMI manufacturier du mois de juin sera présenté. Une légère baisse est 
attendue.

 Eurostat communiquera l’estimation du taux d’inflation du mois de juin. Une légère augmentation devrait intervenir. Le taux de mai était de 1,4 %. En revanche, le taux devrait s’inscrire en baisse.
 Mercredi, l’indicateur avancé PMI services du Royaume-Uni sera publié.

 Jeudi, le board de la Banque centrale d’Angleterre se réunira présidé par le nouveau gouverneur Marl Carney. La BoE ne devrait pas changer les taux d’intervention. Son taux directeur devrait rester à 0,5% et le montant de ses achats d’actifs à GBP 375 mds.

 Jeudi, il faudra également suivre la réunion de la BCE. Aucun changement n’est attendu.

 Vendredi, aux Etats-Unis, le rapport emploi devrait être publié. Le taux de chômage devrait rester à 7,6 %.

 Toujours, vendredi, en Allemagne sera publié les commandes industrielles de mai. Une augmentation est espérée sans pour autant compensée la baisse d’avril


Enregistrer un commentaire