CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

mardi 11 juin 2013

Chute de la consommation et du pouvoir d'achat confirmée en 2012 !


Même la crise de 2009 n'avait pas entraîné un recul de la consommation. Mais, en 2012, elle n'a pas résisté. selon l'INSEE, la dépense de consommation des ménages a diminué de 0,4 % en volume contre une hausse de 0,5 % en 2011.

Phénomène rarissime, cette baisse est la seconde depuis 1949, après celui de 1993 (- 0,2 %).

La consommation effective des ménages, qui inclut les dépenses directement financées par la collectivité, est stable. En effet, la hausse de la dépense de consommation individualisable des administrations publiques (+ 1,4 %) et celle des institutions sans but lucratif au service des ménages (+ 1,9 %) compensent le repli de la dépense de consommation des ménages. En valeur, le revenu disponible brut des ménages ralentit fortement en 2012 (+ 0,9 % après + 2,7 %). Les prix de la dépense de consommation des ménages continuent en revanche de progresser à un rythme proche de celui de 2011 (+ 1,9 % après + 2,1 %).

Cette baisse de la consommation est imputable à une forte chute du pouvoir d’achat qui se contracte de de 0,9 %, après une hausse de 0,7 % en 2011.

Ce repli du pouvoir d’achat est mesuré à partir de l’ensemble des revenus perçus par les ménages. Au niveau individuel, c’est-à-dire rapporté au nombre d’unités de consommation, le pouvoir d’achat se contracte également de 1,5 % après avoir stagné en 2011. Une fois déduites les dépenses « pré-engagées », le pouvoir d’achat du revenu arbitrable par unité de consommation baisse de 2,7 %. En effet, les dépenses pré-engagées augmentent plus fortement que les autres dépenses (+ 2,8 % en valeur contre + 0,8 %) en raison du rebond des dépenses consacrées au logement et à son chauffage.

En 2012, la consommation des ménages augmente en valeur plus vite que le revenu disponible brut (+ 1,4 % contre + 0,9 %). Leur taux d’épargne baisse en conséquence de 0,4 point, pour s'élever à 15,6 %.
Enregistrer un commentaire