CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

mardi 13 décembre 2011

L'inflation s'établit autour de 2,5 % en France : quelles conséquences pour les épargnants ?

L'INSEE a publié le 13 décembre les résultats de l'inflation pour le mois de novembre 2011. ll’indice des prix à la consommation a augmenté de 0,3 %, après une augmentation de 0,2 %  au mois d'octobre.


Sur un an, les prix ont progressé de  2,5 %. Hors tabac, l’indice augmente de 0,2 % soit 2,4  % sur un an.


Corrigé des variations saisonnières, l’IPC augmente  de 0,3 %  soit +2,5 % sur un an.


L'augmentation des prix du mois de novembre s'explique par  la hausse de l’énergie, de celle du tabac (+2,8 % ; +6,9 % sur un an), des hausses tarifaires et du renchérissement de l’alimentation. Les prix des services liés au tourisme sont en recul avec la fin de la saison touristique. les prix  des produits manufacturés sont stables.


L'énergie malgré le ralentissement de la croissance dans les pays anciennement industrialisés joue un rôle clef dans l'augmentation des tarifs. Les prix des produits pétroliers ont augmenté de (+1,9 %  au mois de novembre et de +15,4 % sur un an.


Les prix des combustibles liquides augmentent de 4,4 % en novembre et de 23,8 % sur un an ; les prix  des carburants d ont augmenté de 1,5 % en novembre et de +13,7 % sur un an.
De leur côté les  services sont calmes avec une augmentation de  0,2 % en novembre et de 1,7 % sur un an. Les prix des voyages touristiques tout compris baissent de 8,0 % ; leur hausse est de 2,0 % sur un an. Les services d’hébergement ont chuté de 1,3 % mais augmentent de 1,7 % sur un an.  Les transportés aériens malgré la hausse du carburant enregistre une baisse de 0,8 % sur le mois de novembre mais sont en hausse de 4,7 % sur un an.

Du fait de l'augmentation des taxes, les tarifs des assurances santé  augmentent de 5,4 % en novembre et de  2,0 % sur un an. Les assurances "automobile"  augmentent  de 4,0 %  et de 0,9 % sur un an.


L'indice des des prix à la consommation (IPC) et de l'inflation sous-jacente (ISJ)


Source : Insee - indices des prix à la consommation.


 : Glissements annuels de l'indice des prix à la consommation (IPC) et de l'inflation sous-jacente (ISJ)   




L'augmentation des prix si elle se confirme au-dessus de 2,5 % pourrait amener les pouvoirs publics à revoir la rémunération du taux du Livret A qui est actuellement de 2,25 % . le rendement réel de l'épargne à court terme est nul voire négatif. La faiblesse des taux d'intérêt ne devrait pas conduire à une évolution très positive du rendement de l'épargne de court terme sinon il y aurait un risque de déstabiliser l'ensemble du marché de l'épargne. Bien évidemment les élections à venir pèseront sur les décisions du Gouvernement.

Le taux du Livret A étant révisé automatiquement début février et début août, sa formule aboutirait, dans cette hyptohèse, à un rendement de 2,5% au minimum, voire de 2,75%, contre 2,25% actuellement.
Entre août 2009 et août 2010 à 1,25%, le taux  de rémunération du Livret A était de  1,75%. Il est passé  à 2,00% en février 20111et à  2,25% au 1er août.

L'application de la formule technique pourrait aboutir à un taux de 2,5%, voire  de 2,75%. Un tel taux pourrait nuire au logement social dont les organismes auraient intérêt à se tourner vers le marché obligataire.

L'autre inconnu est l'évolution du taux d'inflation. L'hiver est généralement propice à des tensions sur les prix énergétiques. or le taux d'inflation est aujourd'hui largement dépendant des importations énergétiques. la dépréciation de l'euro aurait un effet mécanique sur le sujet en amplifiant les hausses des prix. Son maintien autour de 1,30 dollar est certainement en terme inflationniste un bon compromis.
Les prix sont aujourd'hui contenus par les excédents d'offre : marché du travail,production de biens. En outre, les besoins en liquidités des institutions financières stérilisent une partie des importantes émissions de monnaies effectuées depuis 2009.
La crise financière depuis le mois d'août a un réel impact déflationniste qui devrait amener les prix à réduire leur progression.
Enregistrer un commentaire