CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

dimanche 4 décembre 2011

Les entreprises françaises à l'assaut du monde



Selon l'enquête Outward FATS,  près de 1 500 groupes français, hors institutions de crédit, avaient, en 2009, au moins une filiale située en dehors du territoire national.


Ces entreprises  ont réalisé, dans le monde et hors de France, un chiffre d'affaires de 960 milliards d'euros. Elles employaient 4,5 millions de salariés en 2009.


À champ constant, dans un contexte de ralentissement mondial de l'activité et de chute du commerce mondial, le chiffre d'affaires consolidé monde des groupes français internationalisés a diminué de 2,7 % entre 2007 et 2009. Dans le même temps, l'effectif et le nombre global de filiales de ces groupes se sont tous deux accrus (respectivement de + 2,7 % et + 4,9 %) .


Les principaux groupes bancaires français comptent 2 150 filiales hors France. Elles réalisent un produit net bancaire de 55 milliards d'euros et emploient, hors France, près de 300 000 salariés.


Hors secteur bancaire, en 2009, 52 % de l'ensemble des filiales et des effectifs des groupes internationalisés sont situés en dehors du territoire national.
La moitié des ventes de ces groupes est également réalisée à l'étranger. Les filiales implantées au sein de l'Union européenne sont à l'origine de 53 % du chiffre d'affaires à l'international tandis que les filiales situées hors de l'Union européenne concentrent 56 % des effectifs hors France.


Les groupes du secteur bancaire sont moins internationalisés que ceux du secteur non financier mais la part du PNB réalisée hors de France ainsi que celle des effectifs qui y sont employés a sensiblement progressé entre 2007 et 2009 (passant respectivement de 30 % à 36 % pour le PNB et de 32 % à 39 % pour les effectifs) .


La centaine des plus grands groupes français,  ceux dont l'effectif monde est supérieur à 10 000 ou le chiffre d'affaires consolidé est supérieur à 2 milliards d'euros, représente un poids considérable dans l'implantation étrangère des groupes français. Le chiffre d'affaires à l'international de ces groupes représente 88,5 % du chiffre d'affaires global réalisé par l'ensemble des implantations étrangères des groupes français et 83,8 % de leurs effectifs à l'étranger.


Près de 60 % des ventes et des effectifs de ces grands groupes, parmi lesquels figurent la plupart des acteurs du CAC40, sont concentrées à l'étranger ainsi que la moitié de leurs filiales. Ces multinationales opèrent à l'échelle globale : la moitié d'entre elles est présente dans 28 pays ou plus et 10 % d'entre elles dans 68 pays ou plus. À cette implantation multinationale s'oppose celle plus réduite ou plus localisée des groupes de moindre taille.


Sans surprise, l'Union européenne est la première zone d'accueil des implantations des groupes français internationalisés avec 53 % des filiales et du chiffre d'affaires et 44 % des effectifs. Le déploiement des groupes français s'effectue d'abord dans les pays voisins : le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie arrivent en tête. Ils concentrent 50 % des filiales localisées au sein de l'Union européenne, 65 % du chiffre d'affaires réalisé dans cette zone et 55 % des effectifs. Les pays d'Europe centrale et orientale (Roumanie, Hongrie, République Tchèque, Slovénie, Slovaquie et Pologne) représentent 13,4 % des filiales européennes, 9,7 % des ventes et 20 % des effectifs. Parmi eux, la Pologne figure en tête, avec un effectif de 152 000 (soit 8 % des effectifs des filiales européennes) et un chiffre d'affaires de 21 milliards d'euros.


Hors Union européenne, les groupes internationalisés sont plus présents dans les autres pays développés notamment aux États-Unis, bien que le poids relatif de cette zone ait diminué entre 2007 et 2009 (la part des effectifs de cette zone hors Union européenne est passée de 18 % en 2007 à 15 % en 2009 et la part du chiffre d'affaires de 21 % à 19 %). Cette évolution profite aux pays émergents (Brésil, Russie, Inde, Chine), deuxième zone d'implantation en termes d'effectifs des groupes français à l'international, en nette progression par rapport à 2007. Les BRICs concentrent 18 % des effectifs des groupes internationalisés à l'étranger (contre 14 % en 2007), 9,4 % des filiales (8,6 % en 2007) et 8 % du chiffre d'affaires (contre 6 % en 2007). Cette expansion s'explique surtout par le développement des implantations en Chine : entre 2007 et 2009, le nombre de filiales y a progressé de 45 % (1 665 en 2009), le chiffre d'affaires de 50 % (29 milliards d'euros en 2009) et les effectifs de 60 % (363 000). C'est le second pays en termes d'emploi, toutes zones confondues après les États-Unis (518 000). Outre la Chine, le poids relatif des filiales des groupes français au Brésil et en Inde s'est également accru.
Les secteurs de l'industrie représentent 54 % du chiffre d'affaires réalisé par les filiales étrangères des groupes français internationalisés mais n'emploient que 40 % de leurs effectifs.


En termes de chiffre d'affaires, quatre secteurs concentrent la moitié du chiffre d'affaires industriel réalisé à l'étranger par les groupes français : la cokéfaction et le raffinage (14 %), les industries alimentaires (13 %), l'industrie automobile (13 %) et la fabrication d'équipements électriques (10 %). Ces secteurs ainsi que celui de la fabrication d'autres produits minéraux sont ceux qui concentrent les effectifs les plus importants (entre 150 000 et 200 000 salariés).


Les activités tertiaires implantées en dehors du territoire national regroupent 2,5 millions de salariés soit 56 % du total des effectifs employés à l'étranger. Le commerce concentre à lui seul près de 40 % du total des effectifs (notamment le commerce de détail avec 30 %) et 43 % du chiffre d'affaires du tertiaire.


L'implantation de filiales commerciales permet aux groupes un accès privilégié aux marchés étrangers.
En dehors du commerce, le secteur des assurances capte 18 % du chiffre d'affaires du tertiaire mais seulement 3 % des effectifs tandis que la restauration emploie près de 14 % des effectifs mais ne réalise que 3 % du chiffre d'affaires. Avec 160 000 salariés (6,3 % des effectifs du tertiaire) et un chiffre d'affaires de 33 milliards d'euros (soit 8 % du chiffre d'affaires), le secteur des télécommunications apparaît comme une activité tertiaire bien représentée à l'international.

Enregistrer un commentaire