CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

jeudi 5 septembre 2013

Les Français veulent financer leurs entreprises ?

Selon une étude sur l’épargne et le financement de l’économie, réalisée par l’institut d’études OpinionWay, les Français sont favorables au financement des PME via leur épargne. Mais, il n'en demeure pas moins qu'entre les intentions et la réalité, il y a un décalage évident. Pour 3 Français sur 4, l’épargne des ménages placée à moyen ou long terme a non seulement pour finalité de produire un rendement pour l’épargnant, mais doit aussi permettre de créer de l’emploi et de soutenir l’économie française et régionale. 67% d’entre eux considèrent aussi que cette épargne devrait financer les entreprises nouvelles ou technologiques. ( Sur le principe, les Français donnent raison au pouvoir afin qu'une partie de l'assurance-vie soit orientée vers les PME. Ainsi, 52% considèrent comme normal que le maintien des avantages fiscaux attachés à l'assurance-vie soit lié à ce qu’une petite partie du contrat (5%) soit investie au capital de PME et d’entreprises innovantes, et ce même si cette fraction du contrat d’assurance vie n’est alors pas garantie. Ce taux est de plus de 60% pour la population de Français dont le patrimoine financier excède 45K€. Ces ménages concentrent plus des 3/4 des encours de l’assurance vie. Plus les ménages sont aisés, plus ils sont favorables à cette mesure. Près de 9 Français sur 10 jugent également nécessaire que les banquiers et les assureurs, en tant qu’intermédiaires financiers, jouent un rôle plus actif pour soutenir le développement des entreprises. 2 sur 5 se déclarent toutefois prêts à consacrer une part plus importante de leur épargne à des placements à rendements variables pour financer les entreprises et avoir la possibilité d’un meilleur rendement. Dans ce cas, 3 sur 5 accepteraient d’y allouer plus de 6% de leur capital disponible. Ces résultats peuvent surprendre car les Français ont plutôt diminué leurs placements actions. Moins de 12% d’entre eux en détiennent.
Enregistrer un commentaire