CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

mardi 13 mars 2012

La semaine vue par Generali Investments

Comme chaque semaine, les équipes de Generali Investments analysent la situation économique et financière dans le cadre de leur lettre hebdomadaire.

La tendance des marchés a été dictée au fil de la semaine par les évolutions du dossier grec, les créanciers privés ayant jusqu’à jeudi soir pour décider de participer ou non au plan de restructuration de la dette grecque. Dès mardi, des rumeurs ont fait état d’un faible engagement des banques, assureurs et autres investisseurs, faisant craindre un défaut désordonné. Au final, 85% des créanciers privés ont calmement fini par accepter les termes de l’échange d’obligations, permettant d’alléger le fardeau financier d’Athènes. Le gouvernement avait annoncé que dès le niveau de 75%, elle ferait jouer les clauses d’actions collectives. Cela permet de porter le taux d’acceptation à 95,7% de la dette privée, selon le ministère des finances grec. Le risque de défaut total est ainsi repoussé, car Athènes est assurée de bénéficier de l’aide internationale de 130 milliards d’euros, même si l’incident de crédit devrait être reconnu et les CDS activés. Ils ne représentent toutefois que 3 milliards de dollars. Sur le plan économique, les investisseurs continuent à s'interroger, tant les incertitudes restent nombreuses. Certes, les Etats-Unis rassurent (bonne tenue de l’emploi, ISM manufacturier en progression…), mais la contraction du PIB fin 2011 a été confirmée en zone euro, le prix du pétrole continue à progresser, la croissance dans les pays émergents (Chine, Brésil…) ralentit et la crise de la dette en zone euro reste toujours d'actualité. La situation grecque en voie de règlement, les marchés pourraient de nouveau s’intéresser à l’Espagne, dont le gouvernement a annoncé cette semaine avoir révisé en hausse son objectif de déficit à 5,8% du PIB, contre 4,4% auparavant. La disparition des excès de pessimisme ne devrait donc pas laisser place à un excès inverse dans les semaines à venir.

Lire la suite de la lettre
Enregistrer un commentaire