CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

mardi 17 janvier 2012

Des enfants, de plus en plus tard et de moins en moins de mariages

Le nombre de mariages a baissé en 2011, selon l'INSEE, Il s'est élevé à 241 000 contre 251 000 en 2010. Le nombre de mariages se rapproche du nombre de pacs, 195 000 pacs en 2010.

Toujours selon l'INSEE, en 2011, le nombre de naissances a atteint 827 000 dont 797 000 en France métropolitaine, en légère baisse par rapport à 2010 de 0,7 %. En 2010 , 832 800 naissances avaient été dénombrées en France, dont 802 200 en France métropolitaine. En 2010, la France avait battu un record depuis la fin du baby-boom en 1974, à l’exception des 805 000 naissances de l’année 1981.

L’indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) est de 2,01 enfants par femme en 2011. Il est supérieur à deux pour la quatrième année consécutive mais en légère baisse par rapport à 2010 où il avait atteint 2,03. Il demeure néanmoins à un niveau plus élevé qu’il y a 10 ans (1,89 enfant par femme.

Au sein de l'Union européenne, seule l’Irlande a un taux de fécondité plus élevé que celui de la France avec 2,07 enfants par femme depuis 2008.

La moyenne de l’Union européenne à 27 est de 1,59 enfant par femme, comme en 20109. L'indice de fécondité est, selon l'INSEE "très faible dans les pays du sud et du centre de l’Europe tels l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne ou la Pologne (autour de 1,4 enfant par femme). Il est nettement plus élevé (1,9 environ) dans les pays nordiques et en Grande-Bretagne".

La baisse du nombre de naissances entre 2010 et 2011 s'explique en partie par la baisse du nombre de femmes en âge d’avoir des enfants dans la population française (pour 1/4 environ de la baisse), le reste, par la baisse de la fécondité.

Il faut souligner qu'au-dessus de 33 ans, les taux de fécondité progressent continûment depuis 1978. En revanche, la baisse de la fécondité entre 25 et 29 ans est enrayée avec une stabilisation ce qui explique l'augmentation du taux de fécondité en France.

Cette évolution du taux de fécondité en fonction de l'âge explique la progression de l'âge moyen à l'accouchement qui est désormais de 30,1 ans après avoir franchi la barre des 30 ans en 2010. Selon l'INSEE, "la part des mères qui accouchent entre 30 et 34 ans est passée de 26 % en 1991 à 33 % en 2011 et celle des mères âgées de 35 ans ou plus de 13 % à 22 %"

5 % des mères accouchant avaient plus de 40 ans en 2011 contre 2,2 % en 1991.Dans les autres pays de l'Union européenne, l'âge moyen de à l’accouchement se situe aux environs de 30 ans et dépasse même 31 ans en Espagne, en Italie ou en Irlande.
Enregistrer un commentaire