CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

dimanche 11 septembre 2011

L'immobilier toujours plus haut mais...

Les premiers indices du retournement du marché immobilier apparaissent avec l'allongement des délais de vente et une certaine accalmie des prix. Néanmoins, l'INSEE vient de publier les résultats du second trimestre qui démontrent que le marché parisien s'est envolé au-delà du raisonnable donnant raison à ceux qui considèrent qu'une bulle spéculative s'est constituée.

Au deuxième trimestre 2011, les prix des logements anciens ont progressé de 1,0 % selon les données provisoires corrigées des variations saisonnières (CVS) : +2,1 % pour les appartements et -0,1 % pour les maisons. Il s’agit de la huitième hausse consécutive. Sur un an, les prix demeurent en forte hausse : +7,7 % (+10,4 % pour les prix des appartements et +5,0 % pour ceux des maisons).
En Île-de-France, les prix des logements anciens continuent de croître au deuxième trimestre 2011

En Île-de-France, au cours du deuxième trimestre 2011, les prix des logements anciens ont progressé de 2,9 % (chiffres provisoires CVS). Cette hausse est due principalement à celle des prix des appartements (3,9 %), les prix des maisons augmentant également mais de façon moins marquée (0,7 %). Les prix des appartements augmentent de façon notable à Paris (5,0 %), dans le Val-de-Marne (4,3 %) et les Hauts-de-Seine (4,2 %) tandis que les prix des maisons augmentent nettement dans les Yvelines (2,5 %), le Val-d’Oise (1,7 %) et l’Essonne (1,6 %).

Sur un an, les prix franciliens progressent très nettement (13,5 %). En particulier, la hausse atteint 22,5 % pour les appartements parisiens, la hausse est de plus de 39 % depuis 2009.

L'immobilier a capté une partie de l'épargne des ménages qui se sont détournés de l'assurance-vie. le durcissement de la fiscalité applicable aux plus-values immobilières favorisera-t-elle un retour à la normale ? Il se peut également que la dégradation du rendement du locatif dissuade les particuliers à se porter sur la pierre. Tout le monde souhaite une certaines stabilisation de peur que le marché dérape à la baisse sachant que plusieurs experts jugent les prix sur Paris surévalués de 20 à 30 %.
Enregistrer un commentaire