CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

mardi 27 septembre 2011

La semaine économique et financière vue par Generali Investments


Comme chaque semaine, les équipes de Generali Invetsments France analyse la situation économique et financière à travers leur lettre hebdomadaire.

Lire la lettre

La défiance des investisseurs a encore gagné en intensité cette semaine. L’absence de position claire etcommune des dirigeants politiques vis-à-vis de la crise de la dette, au terme de la réunion de l’Ecofin en Pologne les 16 et17 septembre dernier, a été sanctionnée dès lundi. Par la suite, les commentaires particulièrement préoccupants sur la conjoncture tenus par la Fed ont assombri les perspectives. Pour soutenir l’activité, la banque centrale a annoncé son intention de vendre d'ici à la fin juin 2012 pour 400 milliards de dollars de bons du Trésor avant d'en racheter un montant équivalent avec une maturité plus longue. Cependant, cette annonce a été accueillie avec un grand scepticisme. Les opérateurs ont surtout tenu compte dans son communiqué de l'expression "risques baissiers significatifs pesant sur l'économie". En outre, le spectre d’un retour des économies matures en récession a été exacerbé par l’abaissement des prévisions de croissance du FMI pour 2011 et 2012. Un autre coup de tonnerre est venu de Chine. L'indice HSBC des directeurs d'achats du secteur manufacturier a témoigné d'une contraction de l'activité pour le troisième mois d'affilée, preuve que Pékin pourrait cesser de jouer son rôle de moteur de l'économie mondiale. Toutefois, c'est en Europe que le tableau semblait le plus noir. À force d'atermoiements sur les solutions à apporter pour régler la crise de la dette souveraine, les autorités politiques ont perdu la confiance des marchés. La baisse de la note souveraine italienne, bien qu’attendue, est intervenue cette semaine, renforçant les tensions obligataires et surtout les interrogations sur la capacité du gouvernement à tenir ses engagements d’assainissement des finances publiques. La dégradation italienne a également relancé les spéculations de contagion de la crise grecque, à l’heure où s’ouvre une semaine cruciale pour le pays. Le FMI a affirmé qu'une délégation se rendra dans les jours qui viennent à Athènes afin de déterminer si le pays peut ou non bénéficier de la sixième tranche de huit milliards d'euros, vitale pour lui éviter la faillite. En outre, l'Allemagne doit voter jeudi l'accord prévoyant l'élargissement du champ d'action du fonds de secours de la zone (FESF). Globalement, les semaines que nous vivons semblent déterminantes pour l’année prochaine.
Enregistrer un commentaire