CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

mercredi 26 octobre 2011

La semaine économique et financière vue par Generali Investments

Comme chaque semaine, les équipes de Generali Investements Farnce décrypte les évolutions économiques et financières des derniers jours dans le cadre de leur lettre hebdomadaire. Les yeux rivés sur l'Europe, les investisseurs ont fait peu de cas des publications trimestrielles au cours de cette semaine. La tendance a en effet été dictée par les informations ou rumeurs évoquant l’imminence d’un plan coordonné et massif pour résoudre la crise de la dette ou, à l’inverse, l’impasse dans laquelle se débattent les dirigeants européens et franco-allemand en particulier. La nécessité d’un plan d’envergure se fait pressante, alors que l’agence de notation Moody’s a annoncé mardi 18 octobre placer sous surveillance le triple A de la France puis dégradé le lendemain la note de l’Espagne. Aussi, l’annonce jeudi soir d’un nouveau calendrier européen par le couple franco-allemand a rassuré et a contribué au rebond de vendredi, également soutenu par un climat des affaires un peu meilleur que prévu outre-Rhin. Au-delà de cela, le round des négociations ouvert vendredi par les ministres des Finances de la Zone Euro se poursuivra au moins jusqu’à mercredi prochain (26 octobre), où une nouvelle rencontre des responsables politiques est prévue, à Bruxelles, afin de sortir de la crise de la dette. La négociation est rendue particulièrement délicate par l’entremêlement des différents sujets : Grèce (augmentation du montant de la décote), banques (recapitalisation massive pour répondre au risque de contagion), fonctionnement du FESF (discussions sur le moyen de démultiplier sa capacité d’intervention), gouvernance économique (réforme du traité européen), etc…Sur tous ces chantiers du sommet européen, la vision allemande semble l’emporter à Bruxelles. Sur le plan macroéconomique, les dernières statistiques, pourtant plus rassurantes venant des Etats-Unis, n'ont pas permis d'amortir le choc de la crise de confiance vis-à-vis de l'Europe. Quant aux résultats des sociétés, ils ont été en demi-teinte des deux côtés de l’Atlantique. Plusieurs d’entre elles ont reconnu que leurs objectifs étaient exagérément optimistes mais un bel accueil a été réservé aux groupes ayant été précis et rassurants dans leurs perspectives, quand le rythme de croissance en Europe, voire en Chine, vient s’ajouter aux inquiétudes. Retrouver la lettre N°338
Enregistrer un commentaire