CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

mercredi 15 juin 2011

Actualité économique et financière vue par GIF


Les équipes de Generali Investments France décryptent l'actualité économique et financière de ces derniers jours.

Les investisseurs en ont vu de toutes les couleurs  au cours de cette  semaine, les marchés alternant avec une régularité de métronome les séances dans le rouge vif et dans le vert. Le bilan négatif s’explique notamment par le ralentissement de la croissance économique américaine. Même si les exportations ont rebondi en avril,  les questions relatives au chômage, à la persistance de la crise immobilière et à l’ampleur du déficit budgétaire sont toujours posées. Le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, a fait le constat de cet essoufflement publiquement cette semaine, mais n’a pas annoncé un nouveau programme d’assouplissement monétaire (le QE2 se termine fin juin). Toutefois, rien n’indique encore si c’est une « respiration » momentanée dans le mouvement de reprise ou un point d’inflexion durable présageant une nouvelle récession. Dans ce contexte, les investisseurs ne souhaitent pas se départir d’une certaine prudence, d’autant que la question grecque n’est toujours pas réglée. Il existe en effet des divergences persistantes en Europe sur les solutions à apporter. La Grèce a besoin d’un nouveau plan de sauvetage, dont le montant n’est pas encore décidé. La BCE exclue des participations de créanciers privés, qui ne seraient pas volontaires, un point de vue que l’Allemagne ne partage pas. Lorsque les dirigeants politiques se seront mis d’accord sur une marche à suivre pour sauver la Grèce, la solution choisie pourrait faire jurisprudence pour les autres pays européens très endettés, ce qui explique que les pourparlers se prolongent. Par ailleurs, la BCE a clairement laissé entendre que les taux directeurs seront relevés à 1,50% au mois de juillet afin d’éviter tout dérapage inflationniste. Or, la mise en place d’une politique monétaire restrictive serait une autre menace pour la croissance et les marchés financiers. Enfin, en cette période creuse en termes de publications de résultats, le marché ne peut puiser de nouvelles forces auprès des entreprises.

Lire la lettre
Enregistrer un commentaire