CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

mardi 19 avril 2011

Actualité économique et financière

Les équipes de Generali Investments France reviennent sur l'actualité économique et financière de ces derniers jours.

Après une belle envolée à la fin mars et au début du mois d’avril, le marché n’a pas trouvé de moteur assez puissant pour maintenir le cap haussier. Certes, le FMI a confirmé la reprise économique mondiale, avec des prévisions de croissance maintenues à 4,4% en 2011 et 4,5% en 2012, malgré les problèmes rencontrés par le Japon et l’envolée des cours du pétrole. Cependant, en début de semaine, de nouvelles secousses sismiques dans l’archipel nippon et le relèvement du seuil d’alerte de la centrale nucléaire de Fukushima au niveau 7 (le plus élevé) ont provoqué des prises de bénéfices, notamment sur les matières premières. Autre motif d’inquiétude et non des moindres, l’inflation fait de nouveau parler d’elle un peu partout dans le monde. En Chine, où la croissance reste forte, un nouveau durcissement de la politique monétaire serait imminent. Aux Etats-Unis, la publication d’une augmentation significative des prix à la production pourrait inciter la Réserve fédérale à passer à l’action. En Europe, il semble inévitable que la BCE poursuive sa politique de hausse des taux, après la publication d’une progression de 2,7% des prix sur un an en mars dans la Zone Euro. Par ailleurs, les investisseurs n’ont pas vu d’un très bon oeil la remontée vertigineuse des taux des obligations grecques, signe que le marché redoute une prochaine restructuration de la dette du pays. Les déclarations de Dominique Strauss-Kahn, le patron du FMI, selon qui la Grèce devrait « s'en sortir », n'ont pas suffi à enrayer la dynamique baissière. En outre, Moody’s a dégradé de deux crans la dette de l’Irlande, qui est ainsi passée de Baa1 à Baa3, et qui a été assortie d'une perspective négative. Enfin, les premiers résultats américains n’ont pas soulevé l’enthousiasme (Alcoa, Google…). Lors de la semaine à venir, les publications de chiffres d’affaires et de résultats seront plus nombreuses, ce qui permettra de tirer de meilleures conclusions sur leur qualité.

consulter la lettre
Enregistrer un commentaire