CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

mercredi 16 février 2011

Analyse des risques pris par les épargnants : études de l'Observatoire de l'épargne européenne

L'Observatoire de l'Epargne européenne publie des synthèses sur l'évolution de l'épargne au sein des pays de l'Union européenne. Il réalise également des rapports sur des thèmes plus précis. Ainsi, il vient de publier trois études sur les attitudes des épargnants face au risque, dans le contexte de la crise financière.

Les travaux présentés par le professeur Patrick Roger (Université de Strasbourg) soulignent l'importance des facteurs comportementaux des investisseurs, comme l’effet de disposition, "qui traduit la tendance à vendre plus aisément les titres en position gagnante que les titres en position perdante".

Les auteurs du rapport démontrent que les acheteurs individuels ont des moins bonnes performances que le marché et que leur portefeuille est insuffisamment diversifié.

L’étude intitulée « Qui prend des risques, quand et pourquoi ? » de l’Université de Mannheim, présentés par le professeur Martin Weber, a est axée sur l'analyse des du comportement des ressorts de l’attitude des épargnants. "Ils montrent que des interrogations simplement qualitatives, basés sur des échelles subjectives concernant l’évolution des marchés (allant de « très mauvaise » à « extrêmement bonne »), étaient plus efficaces que des questionnaires cherchant à reproduire numériquement des scenarios probabilistes de performance. La baisse des investissements en produits financiers risqués après la crise s’explique ainsi par une appréciation subjective déformée du couple rendement-risque anticipé et non pas par une hausse de l’aversion aux risques".

La troisième étude sur l’impact de la crise sur l’attitude face au risque, présentée par le professeur de Palma, de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan, démontrent la surévaluation par les individus surestiment les faibles probabilités, qu’elles soient positives ou négatives, et ce biais a augmenté avec la crise.

Ces travaux, une fois de plus, conduisent à renforcer la mise en oeuvre d'une éducation financière de qualité afin de limiter les erreurs de jugement des épargnants.

aller sur le site de l'Observatoire
Enregistrer un commentaire