CERCLE DE L'EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

Le Cercle des Epargne, de la retraite et de la prévoyance est un centre d'études et d'information indépendant qui a pour objet de réaliser des études et d'informer les épargnants sur toutes les questions relatives à l'épargne, la retraite et la prévoyance

Il bénéfice de l'appui et de l'expertise d'un Conseil scientifique et du soutien d'AG2R La Mondiale

Pour plus de renseignements et pour tous les contacts presse, vous pouvez nous contacter au 06 13 90 75 48

mardi 21 avril 2015

Résultats mars 2015 : le mois de mars réussit au Livret A



 Communiqué de Philippe Crevel, directeur du Cercle de l'Epargne 



Le mois de mars réussit au Livret A

Le mois de mars réussit bien au Livret A. Il faut remonter à mars 2007 pour enregistrer une décollecte. Au terme de 10 mois consécutifs de décollecte, le Livret A a, en effet, connu  un résultat positif au mois de mars, avec + 110 millions d’euros. Avec le Livret de Développement Durable, la collecte est de + 360 millions d’euros. L’encours du Livret A se remet donc à progresser et atteint 261,3 milliards d’euros.

Ce retournement de tendance modeste mais dans l’air du temps.

Le mois de mars réussit au Livret A car il s’agit d’un mois tranquille pour les dépenses. Les soldes de janvier/février sont passées tout comme le premier tiers provisionnel de l’impôt sur le revenu. Les ménages reconstituent leur trésorerie en prévision des dépenses de printemps et d’été. Par ailleurs, l’impact de la baisse du taux du Livret A commence à s’estomper. A ces phénomènes récurrents s’ajoute la désinflation générée par la baisse du cours de l’énergie qui améliore le pouvoir d’achat. Il faut noter que dans les premiers mois d’une reprise économique, il n’est pas rare que par prudence, les ménages épargnent un peu plus.

Néanmoins, au fil du cycle de dépenses (vacances d’été, impôts, rentrée scolaire), il est probable que la décollecte soit de retour.

La question du taux


La question du taux du Livret A risque de se reposer assez rapidement. En effet, au mois de mars, le taux d’inflation était encore en territoire négatif. Il est peu probable qu’il atteigne 0,75 % au mois de juillet prochain. De ce fait, il est probable que la Banque de France demande la baisse du taux à 0,75 voire à 0,5 %. Le Gouvernement devra arbitrer entre les intérêts des épargnants qui sont aussi des électeurs (élections régionales du mois de décembre) et ceux de la Caisse des Dépôts et du logement social. 
Enregistrer un commentaire